Y a t il des aides disponibles pour bénéficier de la téléassistance pour sénior ?

La téléassistance sénior nécessite un coût. Que vous désiriez y souscrire vous-même ou pour un proche ou parent âgé, sachez que des possibilités d’aides et d’allocations sont disponibles. Elles peuvent être d’ordre fiscal ou dépendre de l’autonomie de l’intéressé. Découvrez ici l’essentiel à savoir sur ces aides !

APA : Allocation Personnalisée Autonomie

C’est l’une des principales sources de soutien financier en termes de téléassistance. Il faut dire qu’elle concerne les personnes âgées d’au moins 60 ans. Pour être éligibles à ce type de financement, les personnes âgées d’au moins 60 ans sont soumises à une étude de dépendance, celle du AGGIR (Autonomie-Gérontologie-Groupe-Iso-Ressources). Elle consiste à les évaluer sur la base de leur capacité à s’autogérer, notamment dans l’accomplissement de tâches essentielles liées entre autres à :

  • la communication ;
  • l’alimentation ;
  • l’élimination ;
  • la toilette ;
  • et les déplacements intérieur et extérieur.

C’est en fonction de ce bilan relatif à leur autonomie que les fonds sont alloués.

Cette subvention peut couvrir dans certains cas la totalité des frais de prestation de la téléassistance. Le niveau de couverture d’une telle aide est indirectement lié au revenu mensuel du « vieux ». Plus ce revenu est élevé, plus vous participerez à votre propre souscription. Les personnes ayant un revenu faible (plus ou moins inférieur à 800 euros) en sont totalement exonérées. Si vous remplissez ces règles, vous pouvez souscrire à l’APA.

PCH : Prestation de Compensation du Handicap

C’est une bourse multiaxe ! Elle peut prendre en compte non seulement la téléassistance, mais aussi des services connexes tels que l’aménagement de logement et toutes sortes d’aides humaines.

À l’évidence, elle s’adresse en premier aux personnes souffrant d’un réel handicap. En fonction du mal de l’individu, on fait le tri des activités qu’il ne peut mener aisément ou pas du tout. De ce fait, on établit la liste de ses besoins quotidiens et l’agence de téléassistance s’occupe du reste. L’inactivité totale due au simple vieillissement peut être perçue comme un handicap dans certains cas.

Que vous soyez en activité ou non, vous pouvez bénéficier de la PCH.

Crédit d’impôt

Dans ce cas, il faut impérativement que le prestataire de service téléassistance possède l’agrément « services à la personne ». Cette aide indirecte à caractère fiscal permet de couvrir jusqu’à 50 % des frais de prestation. Elle est fixée en fonction du revenu annuel. Pour avoir plus d’orientations concernant la souscription à cette aide, il est nécessaire de faire appel à un conseiller financier.

Prise en charge par les caisses de retraite

Toutes les caisses ne le font pas ! En revanche, pour celles qui offrent cette opportunité, des contrats sont établis entre elles et le demandeur. Notifions que le profil de celui-ci joue un rôle essentiel dans la formalisation d’un tel accord. Ainsi, la caisse assure le paiement partiel ou intégral du dispositif de téléassistance.

Autres alternatives : l’aide-ménagère à domicile, l’ASH et la mairie

Il peut arriver que vous ne parveniez pas à bénéficier de l’APA. Dans ce cas, vous pouvez solliciter l’aide-ménagère à domicile auprès de votre conseil départemental. En cas de situation particulière, rapprochez-vous de votre mairie et faites part de toutes vos difficultés sociales. En fonction de certains critères précis, des aides complémentaires vous seront attribuées. Concernant l’aide sociale à l’hébergement, votre requête pourra être prise en compte si vous vivez en famille d’accueil ou dans un établissement spécialisé.